Le site expérimental de Paimpol-Bréhat, géré par EDF, permet de tester des hydroliennes en conditions réelles. Le 28 avril dernier, une nouvelle hydrolienne d’une puissance d’1 MW, développée par HydroQuest et CMN, a été immergée sur le site.

© CMN – Hydroquest

L’hydrolienne HydroQuest Ocean

Il aura fallu 3 jours et 60 personnes pour installer « HydroQuest Ocean » au large de Bréhat. L’hydrolienne de 25m de large et 11m de haut, pour un poids d’environ 1 500 tonnes, a été convoyée depuis le chantier CMN de Cherbourg sur un navire Offshore de 156m de long. Un socle à trois pieds, lesté de 900 tonnes, a d’abord été installé sur le fond marin. L’hydrolienne elle-même a ensuite été fixée à cette base. Il restera à la connecter au réseau électrique via un câble déjà présent sur le site, opération qui sera effectuée par des plongeurs à la fin du mois de mai.

D’une puissance totale de 1MW, « HydroQuest Ocean » comprend une génératrice de 500 kW à chaque extrémité. Son design original, basé pour chaque étage sur deux axes verticaux tournant en sens opposés, permet de contourner les problèmes générés par l’inversion des courants tout en offrant une structure fixe, solide et résistante aux chocs.

La durée de l’expérimentation est prévue jusque fin 2020. Elle devra permettre d’évaluer le comportement de l’hydrolienne en mer, de l’ensemble de la structure, de ses principaux composants (génératrices, systèmes électriques, fondation, pales) ainsi que du traitement anticorrosion et d’établir une courbe de puissance mesurée en relation avec le contenu énergétique du site.

Le site de démonstration de Paimpol-Bréhat :

Créé par EDF en 2008 afin de tester une technologie innovante de production d’électricité à partir de l’énergie prédictible des courants de marée, le site expérimental de Paimpol-Bréhat est équipé d’un câble sous-marin et d’un poste de raccordement à terre.

En 2011 et 2016, deux hydroliennes de 16m de diamètre, produisant à elles deux 1MW d’électricité, sont ainsi immergées à des profondeurs de 35 m à 40 m pour être testées en condition réelles avant leur production. En 2017, EDF met un terme à ses essais sur le site.

Cette nouvelle installation est donc un véritable redémarrage pour le site de démonstration hydrolien et une réflexion avec les différents acteurs et territoires a été engagée afin de pérenniser le site pour la conduite de projets de recherche hydroliens ou pour tester d’autres technologies.